Déclaration orale de l'ACLU au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies sur le manque de collecte de données adéquates sur le maintien de l'ordre

L'ACLU a fait une déclaration vidéo lors de la 51e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. L'ACLU a fait une déclaration vidéo lors de la 51e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

(Article disponible uniquement en anglais.)

L'ACLU a fait une déclaration vidéo lors du 51St session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, qui a tenu un dialogue interactif sur le point 9 : Dialogue interactif renforcé sur le rapport du Haut-Commissaire et le rapport du Mécanisme international d'experts indépendants pour faire progresser la justice raciale et l'égalité dans l'application des lois (Résolution 47/21). La déclaration a été prononcée par M. Jamil Dakwar, directeur du programme des droits de l'homme de l'ACLU.

Transcription

L'ACLU se félicite du premier rapport du Mécanisme d'experts indépendants axé sur la collecte de données sur le maintien de l'ordre.

Nous sommes d'accord avec le Mécanisme d'experts sur le fait que "[l]a collecte de données ne résoudra pas en soi le racisme de longue date". Mais c'est une première étape essentielle vers la lutte contre le racisme systémique et la résolution des liens entre les séquelles de l'esclavage et du colonialisme et les injustices raciales actuelles, en particulier contre les personnes d'ascendance africaine.

Les États-Unis disposent de mécanismes inadéquats et défectueux pour la collecte et l'analyse des données.

Même lorsque des lois rendant obligatoire la collecte de données sur les pratiques policières sont promulguées, la mise en œuvre et l'application de ces mesures sont souvent délibérément retardées ou à peine surveillées, souvent en raison de la pression des syndicats de police. Ces lacunes empêchent le public et les victimes de violences policières de tenir responsables les forces de l'ordre abusives.

Il ne devrait pas incomber aux victimes, aux communautés touchées ou aux groupes de la société civile, y compris les médias, de documenter et de collecter des données sur le maintien de l'ordre.

Mais soyons clairs : la solution n'est pas d'investir davantage dans le maintien de l'ordre. Les États-Unis doivent mettre en œuvre des solutions basées sur des alternatives à la police qui affirment la vie, telles que la création d'équipes d'intervention de crise dirigées par des civils et le déplacement des ressources pour investir dans les communautés de couleur et lutter contre la pauvreté et la crise de santé mentale.

Alors que l'administration Biden a pris des premières mesures importantes pour lutter contre le racisme systémique et la violence policière, elle doit faire beaucoup plus pour mettre pleinement en œuvre ses obligations internationales en matière de justice raciale, y compris la récente par le Comité des Nations Unies pour l'élimination de la discrimination raciale et coordonner la visite du Mécanisme d'experts à les États-Unis dès que possible.

Regardez la vidéo complète

En savoir plus sur le site Web de l'ACLU : https://www.aclu.org/hearing-statement/aclu-oral-statement-un-human-rights-council-lack-adequate-data-collection-policing

Téléchargez la déclaration d'audience :
Partagez avec vos contacts !

Promouvoir la responsabilité

Suivez nos pas et recevez les dernières nouvelles de nos militants, mécanismes et actions.