Alors que l'ONU est aux prises avec le racisme systémique et l'application de la loi, des données ventilées complètes et fiables sont essentielles aux réformes

Plus de deux ans après l'horrible meurtre de George Floyd, les organes des droits de l'homme des Nations Unies tirent la sonnette d'alarme sur l'absence de progrès dans la lutte contre la violence policière et le racisme systémique dans le monde. Nous appelons le Conseil des droits de l'homme et les États à lutter contre le racisme enraciné et systémique contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine.

Le 3 octobre, les États membres du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme par intérim, la présidente du Mécanisme d'experts pour faire avancer la justice raciale et l'égalité dans le contexte de l'application des lois (EMLER), Collette Flanagan (États-Unis) de Mothers Against Police Brutality (MAPB) dont le fils a été tué par la police en 2013 ; et Jurema Werneck (Brésil) directrice d'Amnesty International au Brésil ont participé à une débat sur le racisme systémique et l'usage excessif de la force par les forces de l'ordre contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine.

Le débat a suivi la publication quasi simultanée de deux rapports examinant le racisme systémique et les schémas de recours excessif à la force par les forces de l'ordre contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine, l'un par EMLER et l'autre par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH). Les rapports ont confirmé les conclusions de la Haut-Commissaire dans son rapport au Conseil en juin 2021 : Les États continuent de nier ou n'ont pas reconnu l'existence et l'impact du racisme systémique, en particulier le racisme institutionnel.

Le rapport EMLER, le premier depuis sa création en 2021, a souligné que les décès d'Africains et de personnes d'ascendance africaine aux mains des forces de l'ordre continuent de se produire dans de nombreux pays avec peu ou pas de comptes à rendre. Les experts ont souligné la collecte de données ventilées par race ou origine ethnique comme un outil essentiel pour surveiller les interactions entre les communautés d'Africains et les personnes d'ascendance africaine et les responsables de l'application des lois, notant la réticence intense de plusieurs États - en particulier en Europe - à adopter cette pratique.

Le rapport du HCDH s'est concentré sur les développements et les initiatives entreprises par les États et d'autres pour lutter contre les manifestations de racisme systémique contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine. Le rapport donne également des mises à jour sur les sept cas emblématiques référencés dans le rapport 2021 du HCDH, qui illustrent des schémas et des pratiques qui font obstacle au changement structurel et institutionnel. Les cas sont : George Floyd (États-Unis), Adama Traoré (France), Luana Barbosa dos Reis Santos (Brésil), Kevin Clarke (Royaume-Uni), Breonna Taylor (États-Unis), Janner García Palomino (Colombie) et João Pedro Mattos Pinto (Brésil ).

D'une part, le rapport reconnaît que les initiatives des États sont insuffisantes, mais il indique ensuite que les États font preuve « d'une volonté de prendre des mesures concrètes pour lutter contre la discrimination raciale ». La coalition des Nations unies contre le racisme (UNARC) est d'avis que les États protègent activement les intérêts des institutions policières afin de maintenir le statu quo conçu pour opprimer les Africains et les personnes d'ascendance africaine.

"Le silence ne peut pas être une option", a déclaré Jurema Werneck dans son allocution de clôture, avant d'exhorter les États membres à honorer leurs engagements internationaux en matière de droits de l'homme et à intensifier leurs efforts pour lutter contre le racisme structurel et systémique dans l'application des lois.

"Il s'agit d'un combat mondial, il faudra plus de pays pour trouver le courage de se joindre à la lutte contre la brutalité policière", a déclaré Colette Flanagan, qui a également appelé à une nouvelle convention internationale sur "la justice, les droits de l'homme et le maintien de l'ordre", affirmant que cela pourrait mettre en évidence "la manière dont les droits de l'homme internationalement reconnus sont bafoués par la police, en particulier les droits des personnes d'ascendance africaine".

Les membres de l'UNARC se félicitent de la discussion au Conseil des droits de l'homme. Les deux rapports et le contenu du débat d'aujourd'hui soulignent la nécessité urgente de prendre des mesures immédiates et vigoureuses pour lutter à la fois contre la culture de l'impunité et contre les lois et les politiques qui permettent aux forces de l'ordre de faire un usage excessif de la force contre les communautés d'Africains et les personnes d'ascendance africaine, et aussi pour s'attaquer aux causes profondes de cette violence et au manque de responsabilité qui la suit systématiquement, principalement la dépendance excessive à l'égard de la police ainsi que l'héritage et l'impact du racisme systémique.

"Chaque fois que les institutions chargées de l'application de la loi sont autorisées à utiliser une force excessive contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine, cela nous rappelle les obstacles systémiques et extrêmes avec lesquels de nombreux gouvernements continuent d'imposer un fardeau à ces groupes", a déclaré Lamar Bailey du Service international des droits de l'homme (ISHR). «Les gouvernements doivent s'efforcer de faire tomber ces barrières et de s'attaquer aux injustices historiques qui en sont la cause. Les membres du Conseil doivent montrer l'exemple : ils doivent immédiatement adopter les recommandations des experts pour transformer leurs pratiques en matière d'application de la loi et garantir que tous leurs citoyens sont traités et pris en charge de la même manière. »

La Coalition exhorte tous les États à prendre les mesures nécessaires pour revoir rapidement et réformer de manière significative leurs politiques afin de rendre impossibles de futurs incidents tels que ceux évoqués dans les rapports ci-dessus. Cela inclut, mais sans s'y limiter, l'utilisation systématique de données ventilées par race lorsque l'on cherche à comprendre et à surveiller de près les résultats des interactions entre les forces de l'ordre et les communautés, y compris les Africains et les personnes d'ascendance africaine. Bien que les pratiques policières abusives ne soient pas guéries si les pays disposaient d'une collecte de données plus complète, ces données assureraient une plus grande transparence pour le public et la responsabilité des forces de l'ordre.

Nous comprenons que, dans de nombreux pays, il existe une réticence politiquement motivée à utiliser de tels outils. Nous pensons que c'est le cas parce que divers États sont incités à protéger les institutions chargées de l'application de la loi ; parce qu'ils bénéficient de l'assujettissement des Africains et des personnes d'ascendance africaine ; et parce qu'ils ne souhaitent pas voir leurs pratiques mises en avant sur la scène nationale ou internationale, si leurs chiffres exacts devaient être révélés.

Nous appelons le Conseil des droits de l'homme et tous les États véritablement attachés à la protection des droits de l'homme à soutenir et à encourager tous les efforts visant à lutter contre le racisme enraciné et systémique qui encourage la violence contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine et qui protège les auteurs.

Lire l'article sur le site de l'ISHR

Partagez avec vos contacts !

Laisser un commentaire

Promouvoir la responsabilité

Suivez nos pas et recevez les dernières nouvelles de nos militants, mécanismes et actions.