Plus de données nécessaires pour lutter contre le racisme systémique par la police

Le manque de données dans de nombreux pays sur la race et l'origine ethnique des personnes arrêtées ou tuées par la police constitue un obstacle majeur à la lutte contre le racisme systémique, ont averti lundi les enquêteurs de l'ONU.

(Article disponible uniquement en anglais.)

Le manque de données dans de nombreux pays sur la race et l'origine ethnique des personnes arrêtées ou tuées par la police constitue un obstacle majeur à la lutte contre le racisme systémique, ont averti lundi les enquêteurs de l'ONU.

S'exprimant devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, un groupe d'experts nommés après le meurtre de George Floyd en 2020 par un policier américain blanc a insisté sur le fait qu'il était vital de rendre "visible" le racisme systémique dans le monde.

Il y a un "besoin crucial de collecter, d'analyser, d'utiliser et de publier des données ventilées par race ou origine ethnique", Yvonne Mokgoro, une ancienne juge sud-africaine qui dirige le soi-disant mécanisme d'experts de l'ONU pour faire progresser la justice raciale et l'égalité dans le contexte de l'application de la loi.

L'équipe de trois enquêteurs indépendants présentait son premier rapport au Conseil des droits depuis sa nomination l'année dernière, avec un vaste mandat pour enquêter sur le racisme par la police dans le monde entier.

Mokgoro a déclaré qu'il était clair que "le profilage racial, l'usage excessif de la force et d'autres violations du droit international des droits de l'homme, pendant et après les interactions avec les responsables de l'application des lois et le système de justice pénale, continuent d'être signalés dans le monde entier".

Mais, a-t-elle averti, cela "ne se voit en grande partie pas dans les statistiques officielles".

Doit devenir visible

Mokgoro a reconnu que plus de données ne résoudraient pas à elles seules le "racisme de longue date".

Mais elle a déclaré que c'était "une première étape essentielle pour mettre en évidence l'ampleur du racisme systémique contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine et ses manifestations dans l'application des lois et la justice pénale".

"Il est essentiel que le racisme systémique, y compris ses dimensions structurelles et institutionnelles, devienne visible."

Aux États-Unis par exemple, où le meurtre de Floyd, un homme noir non armé de 46 ans, à Minneapolis en mai 2020, a déclenché des manifestations de masse, il n'existe pas de système centralisé pour collecter ces statistiques dans plus de 18 000 organismes chargés de l'application des lois.

Mais certaines ONG et organisations médiatiques se démènent pour rassembler les données afin d'avoir une vue d'ensemble.

Collette Flanagan, qui a fondé Mothers Against Police Brutality après que son fils noir Clinton Allen a été tué par la police à Dallas, au Texas, en 2013, a déclaré au conseil que son cas était emblématique de « la crise actuelle des services de police aux États-Unis ».

Elle a déclaré qu'une personne noire était "2,5 fois plus susceptible d'être abattue" par la police aux États-Unis.

Son fils n'était pas armé, mais l'officier blanc qui lui a tiré dessus sept fois "a perçu mon fils comme une menace", a-t-elle déclaré.

"Cet officier a échappé à toute responsabilité pénale et civile pour avoir tué mon fils."

Démanteler la discrimination raciale

Les États-Unis ne sont pas le seul pays confronté à ce problème. 

Présentant un rapport séparé lundi, la chef par intérim des droits de l'ONU, Nada Al-Nashif, a fourni des mises à jour sur sept cas mis en évidence par son bureau l'année dernière de décès liés à la police, y compris Floyd, mais aussi des cas du Brésil, de Grande-Bretagne, de Colombie et de France.

Elle a déclaré qu'aucune de ces affaires n'avait "encore été menée à son terme, ces familles recherchant toujours la vérité, la justice et des garanties de non-répétition".

Elle a souligné quelques exemples positifs d'efforts dans divers pays pour agir contre le racisme systémique, mais a averti qu'ils "restent largement insuffisants".

L'ambassadrice américaine Michele Taylor a salué le rapport, et qu'il reconnaissait « les progrès, les efforts continus et le dévouement à cette question aux États-Unis ».

"Nous poursuivrons nos efforts pour démanteler la discrimination raciale dans l'application des lois contre les personnes d'ascendance africaine."

Article écrit par Nina Larsson

Partagez avec vos contacts !

Laisser un commentaire

Promouvoir la responsabilité

Suivez nos pas et recevez les dernières nouvelles de nos militants, mécanismes et actions.